Bernadette Malgorn 2020

à pied et à vélo,

en toute sécurité

BM2020

Notre ville de Brest est construite sur des falaises entrecoupées de vallées. Et il y a beaucoup de faux plats. Pour les déplacements en modes actifs, à pied ou à vélo, cela devient vite sportif ! Ajoutons que même si le crachin ne rebute pas les Brestois, nous connaissons aussi des intempéries plus dissuasives. Les enquêtes réalisées montrent que la situation des infrastructures dans notre ville est loin de répondre aux besoins de la circulation à pied ou à vélo.

Pour toutes ces raisons nous pensons que les projets actuels ne vont pas assez loin et apparaissent souvent comme des décisions dans l’air du temps sans réelle réflexion sur les conditions de réussite pour que davantage de Brestoises et de Brestois optent pour des modes de déplacements actifs.

Il ne suffit pas réaliser des pistes cyclables, il faut lever les obstacles qui font hésiter à opter pour ce mode, si nous voulons que la part des déplacements à vélo passe de 1,5% à 4% d’ici 2025 comme le prévoit l’actuel schéma directeur vélo.

Nous encouragerons et accompagnerons la réalisation de plans de mobilité avec les établissements de plus de 100 employés. Un travail spécifique sera engagé avec les établissements d’enseignement secondaire et supérieur, actualisant l’enquête réalisée par l’ADEUPA en 2015.

Ces plans permettront l’identification du potentiel de nouveaux cyclistes pour les liaisons domicile-travail.

Un établissement de notre métropole qui a engagé une telle démarche a identifié un potentiel de 100 cyclistes qui pourrait être concrétisé moyennant certaines mesures d’accompagnement (aide à l’acquisition, garages abrités et sécurisés, vestiaires, etc.)

La loi d’orientation des mobilités du 24 décembre 2019, met à la disposition des employeurs et des collectivités des outils permettant de faire levier sur cette évolution des comportements et de favoriser la bascule vers le vélo.

Nos propositions :

Nous réaliserons un état des lieux des situations où la prolifération de la végétation ou le développement des racines des arbres rendent la circulation des piétons dangereuse. Notre objectif est de verdir la ville tout en accroissant la sécurité.

Nous veillerons à ce que les aménagements de proximité permettent la circulation effective des piétons y compris des personnes à mobilité réduite, des poussettes d’enfants, et que des dispositifs permettant la circulation autonome des personnes porteuses de divers handicaps soient implantés sur les itinéraires majeurs.

Les maires de quartier disposeront des marges de manœuvre pour détecter et traiter ces situations.
D’un point de vue du développement durable, la baisse des déplacements comme on le constate à Brest ville peut apparaître positif. Oui s’agissant des modes carbonés et des déplacements obligés (travail, RV santé, etc.). Mais non si cela entraîne l’enfermement chez soi pour des raisons d’état physique ou de craintes pour sa sécurité. Nous voulons lutter contre l’isolement de certaines catégories de personnes. Une enquête réalisée auprès des retraités brestois, dans le cadre du label « ville amie des aînés », a fait apparaître que les aînés sortiraient plus volontiers et à pied s’ils trouvaient environ tous les 200 mètres des bancs avec des accoudoirs pour se relever. C’est pourquoi, nous aménagerons un réseau de lieux de pause permettant de faire halte, de s’asseoir et de reprendre sa promenade. Ce réseau pourra s’appuyer sur les squares et jardins publics à aménager à la même maille. Ces espaces seront sécurisés.

Nous faciliterons la mobilité en modes actifs ou collectifs selon une nouvelle maille à Brest : environ 200 mètres. C’est le projet « BREST 192 », par référence à la longueur du stade d’Olympie.

Nous demanderons au gestionnaire du réseau de transports en commun de prévoir des arrêts plus rapprochés pour permettre leur usage par ces nouveaux piétons.

S’agissant des scolaires, des plans de mobilité d’établissements seront réalisés avec des objectifs d’écomobilité. Pour les écoles primaires, ces plans intègreront la sécurisation des accès et des abords pour les différents modes. Voir rubrique « Une ville sûre accueillante aux familles et aux enfants ».

Nous sommes résolus à mettre en œuvre un plan vélo plus ambitieux et plus réaliste par la levée des obstacles à l’usage du vélo par plusieurs catégories d’usagers. En effet l’exploitation de l’enquête ménages déplacement à Brest permet de constater que les ¾ (76%) des déplacements à vélo sont réalisés par des hommes, 56% par des 21-40 ans, essentiellement pour des trajets domicile-travail. Les risques d’accident freinent tous les publics, les risques d’agression touchent particulièrement les femmes.

Aussi, nous nous attacherons à aménager et sécuriser les infrastructures (y compris stationnements et abris) des itinéraires cyclables, en combinant la priorité cycliste et la vidéoprotection et pour leur sécurité davantage d’éclairage.

Nous avons répondu à l’enquête de Parlons vélo.
Vous pourrez retrouver nos réponses sur municipales2020.parlons-velo.fr
Bernadette Malgorn a participé le mercredi 19 février à un débat animé par la FUB et BAPAV.
BM2020