Bernadette Malgorn 2020

UNE CULTURE

EN LIBERTÉ DANS UNE VILLE CRÉATIVE

BM2020

Brest est l’une des villes les plus créatives de France, où règne un esprit artistique. Toutes les formes de culture doivent trouver leur place : culture classique, populaire, urbaine, bretonne mais aussi nouvelle.

Brest est une ville d’art et d’histoire dont le patrimoine, notre bien commun, doit être davantage valorisé. De la Tour Tanguy au Musée du Château, du Versailles breton aux Archives historiques, que de richesses méconnues !

Le Carré des Arts, que forment le musée et l’école des Beaux-arts, le Conservatoire et l’Auditorium, a été déstructuré par la fermeture des bibliothèques d’Etude et Neptune.

L’espace des Capucins n’a pas trouvé sa pleine dimension culturelle. La mémoire de Brest doit davantage s’incarner dans ses rues et ses bâtiments, ses recherches et ses publications.

La culture est l’affaire de tous, non seulement pour l’accès aux sites où se déploie une offre culturelle mais aussi pour les pratiques culturelles.

Nous veillerons particulièrement à l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap. Un dialogue constructif avec les associations de sourds permettra d’établir un diagnostic au plus près de leurs besoins de sorte que chacun ait accès aux manifestations culturelles (information, programmation, spectacles).

Les associations dans lesquelles s’impliquent les personnes retraitées participent à la vitalité des expressions culturelles. La culture doit contribuer à aider les personnes retraitées à sortir de leur trop fréquent isolement.

Pour les jeunes, l’expérience du « Pass Culture », proposé à chaque jeune à partir de 18 ans, ne s’est pas encore révélée concluante. Nous proposerons au ministère de la Culture de faire à Brest une expérimentation de mutualisation en lien avec les acteurs locaux de la culture (libraires, cinémas, salles de spectacle…).

Nos Propositions

Le Carré des Arts doit redevenir un symbole de notre vision de la politique culturelle où le patrimoine, la formation, la création, la diffusion et les activités économiques ont toute leur place.

Nous créerons, au cœur du Carré des Arts,
une véritable Cité des Arts :

Rénovation et extension du musée des Beaux-arts afin de mettre en valeur ses collections dont seulement 2% peuvent être actuellement présentées au public.

Extension de l’école des Beaux-arts.

Mise en valeur des actions musicales et artistiques du Conservatoire dans toutes ses dimensions, et des événements qui l’ont fait rayonner comme le concours international de piano, y compris les actions en direction des établissements scolaires (Démos…).en lien avec des initiatives comme celles de l’ensemble Mathéus

Réouverture d’un espace de lecture en centre-ville, cruellement manquant depuis la fermeture de la bibliothèque d’Etude et de la bibliothèque Neptune.

Incitation à l’installation d’artisans d’art…

Les travaux du Quartz, pour lesquels nous avons voté favorablement, seront conduits à leur terme. Sa rénovation offrira l’occasion de mettre en valeur les autres salles de la ville.

De nombreux espaces publics existants seront à nouveau mis en valeur pour y accueillir des manifestations de rue propres à redynamiser certains quartiers, à commencer par le centre-ville. A titre d’exemple, la place Wilson, autrefois cœur de Brest aujourd’hui largement désertée, sera sollicitée pour y accueillir des événements populaires. De même, la place de la Liberté mérite un réaménagement qui favorise le déploiement de manifestations culturelles.

Ces actions auront également pour effet de redynamiser le centre-ville.

Si le centre-ville de Brest mérite que la culture s’y redéploye de façon ambitieuse, les autres quartiers de la ville auront leur part dans l’accompagnement ou la redéfinition d’un projet culturel global à destination de tous les publics.

Nous accompagnerons la vocation artistique du quartier Saint-Martin :

Soutien au Centre d’art Passerelle,

Aménagement d’un espace socioculturel sur le site de L’Avenir: on peut y envisager notamment la création d’une pépinière pour artistes en concertation avec le collectif actuellement présent.

Accompagnement des manifestations populaires comme la Foire aux croûtes.

Nous viserons un désenclavement du plateau des Capucins. Nous négocierons l’ouverture de la Penfeld. Nous chercherons à « recoudre » les espaces qui du pont Recouvrance au pont Schumann, en passant par la prison de Pontaniou, le bâtiment aux Lions et la rue de Saint-Malo, s’inscrivent dans la mémoire patrimoniale de Brest et méritent d’être mis en valeur dans leur unité.

Nous mettrons en valeur des espaces « oubliés » par la municipalité actuelle :

Outre la rue de Saint-Malo et son environnement immédiat, refonte de l’actuel « musée de l’histoire de Brest » situé dans la tour Tanguy, réhabilitation des fontaines du XVIIIe, siècle de la Marine…

Création d’un espace dédié à la mémoire ouvrière et industrielle sur le site des Capucins pour rappeler, grâce à la réalisation, notamment, d’un mur d’images en collaboration avec les Brestois, les 400 ans d’activités de l’industrie navale à Brest.

La mémoire industrielle de la PAM, située rue Louis Pasteur, mérite d’être protégée. Installée dans le sous-sol de l’ancienne imprimerie, sa collection est considérée, avec celle de l’Imagerie d’Épinal, comme l’une des plus importantes en France. En plus des pierres, elle comprend des affiches, des casses typographiques et des machines.

Il existe actuellement de nombreuses initiatives individuelles, associatives ou portées par des chercheurs du Technopôle, autour d’une connaissance renouvelée et interactive du patrimoine historique de la Cité du Ponant. Nous encouragerons les projets associés aux techniques les plus actuelles.

Nous soutiendrons les événements chers aux Brestois dans leur diversité. Tréteaux Chantants, Printemps des Sonneurs, Jeudis du Port, Astropolis, Festival de la soupe, concerts de l’Arena et de la Carène, programmation du Mac Orlan, etc. continueront à faire vivre toutes les formes de culture à Brest et sur le territoire de la métropole.

Afin d’inviter les Brestois à vivre plus intensément la culture sous les formes les plus variées,

 des manifestations culturelles seront relancées ou créées :

Le street-art, un temps mis à l’honneur dans le quartier de Recouvrance avec les fresques urbaines, sera à nouveau sollicité pour donner un supplément d’âme aux différents quartiers de Brest. Les artistes locaux seront invités à présenter des projets en ce sens.

Il existe un festival de radio et un festival dédié au film court. Nous défendrons la place du cinéma d’art et essai et valoriserons la présence à Brest de la Cinémathèque de Bretagne par la poursuite d’une réflexion déjà entamée, notamment sur des locaux mieux adaptés aux missions qu’elle exerce à l’échelle de la Bretagne historique.

Il manque à Brest une manifestation dédiée aux mots. Nous la créerons, en partenariat avec les acteurs des métiers du livre : associations, libraires, médiathèques de la ville…

Nous ancrerons Brest dans sa tradition bretonne : valorisation de l’enseignement de la langue bretonne, notamment par le soutien à des crèches bilingues, valorisation de la recherche en matière bretonne et celtique, renforcement de la communication en breton dans la vie quotidienne, promotion de toutes les expressions culturelles.

La culture maritime fait aussi partie du patrimoine des Brestois. Une attention particulière sera accordée à Océanopolis afin que ce parc de découverte des océans permette à notre ville de continuer à rayonner dans ce domaine d’excellence pour elle.

Brest jouit d’une place exceptionnelle à la pointe de l’Europe qui lui donne une notoriété internationale. Nous mettrons en place des jumelages culturels nationaux et internationaux.

Les associations sont aussi les garantes d’une présence forte de la culture et un des moyens d’accès privilégiés aux différentes formes de culture. La Ville de Brest tire sa richesse de la vitalité de son tissu associatif qu’il faut préserver et encourager. Les Maisons Pour Tous et les patronages laïcs en sont, parmi d’autres, les fers de lance. Puisque culture rime avec nature, la rénovation, notamment thermique, du patrimoine confié aux associations fera l’objet d’une attention particulière. Les associations seront soutenues, dans leur gestion, dans la transparence requise par la mission de service public culturel qu’elles exercent.

En 2026, Brest et sa métropole auront une notoriété à la hauteur de leur richesse culturelle. Les acteurs de la culture seront accompagnés et soutenus par Bernadette Malgorn et notre équipe municipale. La place éminente accordée aux questions culturelles dans notre programme est la garante de cette réussite.

BM2020